vendredi 25 juillet 2014

Le château des Ducs de la Trémoïlle - Thouars

D'aucuns se souviendrons de ce panneau routier  (hérésie de la sécurité routière) "Touristes, ralentissez et admirez" sur la route Nord-Sud traversant Thouars. Il est vrai que le château des Ducs de la Tremoïlle sur ce promontoire surplombant les méandres du Thouet attire le regard.
Quel touriste peut s'imaginer que ce château du XVIIème siècle abrite aujourd'hui un collège public ? Qu'il fut avant cela un lycée mécanique ? Et même une prison ? Ce sont certainement ces différentes utilisations, aussi surprenantes soient elles, qui ont permis la préservation partielle de ce grand château .

Le site, défense naturelle, abrite une forteresse depuis bien longtemps, mais est mentionné pour la première fois en 762. Le château du XVIIème siècle naît de la volonté d'une femme, Marie de La Tour d'Auvergne, épouse du duc Henri de la Trémoïlle : elle fait construire le pavillon sud contre la forteresse médiévale, moins confortable. L'architecte du roi Jacques Lemercier dessine à sa demande les plans d'un très grand château en grison de Vrines pour les soubassement, tuffeau et ardoise, qui relie le pavillon Sud à la chapelle et qui fera disparaître peu à peu le château du Moyen Age. 
Le château se compose d'un corps de logis encadré de deux pavillons (110 m de long) et précédé d'une cour d'honneur entourée de galeries à arcades. Outre l'architecture extérieure restée quasi intacte, l'intérieur est marquée par un escalier magistral avec une balustrade en marbre (gravée par les différents élèves dont René Monory qui a marqué son passage !), une grande salle magistrale voûtée en sous-sol (ancienne cuisine), une autre salle voûtée blasonnée aux armes des La Trémoïlle et des La Tour d'Auvergne, une grande galerie à l'étage et dans la partie non occupée par le collège (pavillon sud), un magnifique plafond peint à caissons dans le cabinet de Marie de La Tour d'Auvergne. 
Le château est complété d'une orangerie au Sud, puis au début du XVIIIème siècle par des écuries, mais le projet initial est stoppé par la mort du duc en 1709.
Devenu bien national à la Révolution après avoir subi quelques dégradations, l'Etat y installe la sous-préfecture et le tribunal de première instance. Vendu à la ville en 1833, on y installe une caserne puis un premier collège privé. Il est racheté par la famille de La Trémoïlle en 1873 et devient alors une prison jusqu'en 1925. Depuis 1933, il est transformé en établissement scolaire public, aujourd'hui collège Marie de La Tour d'Auvergne, plus communément appelé "le château".

Façade Est

Façade Est

Façade Ouest sur cour

Corps de Logis

Avant-corps central 

Pavillon Sud

Pavillon Nord relié à la Chapelle
Galerie Nord de la Cour

Escalier monumental - Balustrade en marbre


Ancienne cuisine (réfectoire actuelle)

Cheminée monumentale de la cuisine

Blason aux armes des La Tremoïlle et des La Tour d'Auvergne

Un des rares détails sculpté

Galerie du premier étage

Plafond peint à caissons du cabinet de Marie de la Tour d'Auvergne

Plafond peint à caissons du cabinet de Marie de la Tour d'Auvergne

Plafond peint à caissons du cabinet de Marie de la Tour d'Auvergne

Plafond peint à caissons du cabinet de Marie de la Tour d'Auvergne
Ecuries

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire